" />

Bricloïaque et 5ramy

10 juin 2018

Trop vite

Cette année bordelaise m'aura fait mettre le doigts sur un sentiment qui grandissait en moi depuis quelque temps, sur une sensation d'essoufflement psychique,
une forte envie de connexion à la nature,
un décalage avec mon époque....

Screenshot_20180609-173251

Nous passons notre vie à courir après le temps, mais pourquoi?
Jusqu'où voulons nous aller plus vite et plus loin?
Quand comprendrons nous que le mieux est l'ennemi du bien?
Où passe le temps que nous gagnons avec tous les progrès technologiques?

Screenshot_20180609-172007

L'argent est devenu le maître du monde depuis bien longtemps, mais malgré la planète qui s'essouffle et l'humain qui déprime, nous ne changeons pas.
Pourquoi continue t'on à voir notre vie comme un Monopoly géant? C'est absurde!

 

L'homme a inventé la mesure du temps en observant la nature, mais depuis plus d'un siècle et demi, nous nous prenons pour Cronos, nous voulons maîtriser ce temps. Nous en sommes devenus les esclaves!
C'est quand même très paradoxal, nous avons le sentiment de manquer de temps depuis l'invention du temps libre ( progrès technologiques, invention des vacances et des loisirs ...).
Pourquoi?

Screenshot_20180609-172118
Est ce le manque de spiritualité ou les injonctions socials et marketing? Nous cherchons tous à "réussir" notre vie, à la combler, à la remplir avant la fin. Nous en faisons constamment le bilan, nous imposons à notre unique vie un rythme insoutenable en la saturant pour augmenter la qualité de ce dit bilan.
Il faut tout réussir, ne rien louper, gagner plus, posséder plus, produire plus, être rentable, être sûr informer, être un bon parent, un bon citoyen, être équilibré... et même quand vous choisissez l'alternatif, il faut être expert en yoga, manger sainement être 100% zéro déchet... chercher l'excellence partout, et ne jamais être satisfait.
Le but n'est jamais atteint et nous passons sans regarder le chemin et sans nous connaître.
Quand vous êtes débordés vous avez la sensation d'exister, de vivre.
Et c'est aussi une excellente excuses pour ne pas vous occuper des autres!
Le temps est donc devenu, tout comme l'argent, une addiction, une drogue qui rythme notre vie.

Screenshot_20180609-172340

L'accélération dans notre vie c'est comme les sensations fortes, ça libère une décharge d'adrénaline grisante et addictive.
Couplée à la surconnexion de notre génération, cette recherche de rentabilité de vie nous mène à l'épuisement.

Mais courir après le temps, n'être jamais satisfait n'est ce pas fuir une peur?
Quand tout va vite, finalement nous n'avons pas le temps de penser, nous ne retrouvons peu ou pas face à nous même et face à notre angoisse profonde, celle que cette société a cherché à cacher.
N'est ce pas le refus de l'idée de mort?
Ne pas nous confronter au destin, n'est ce pas essayer dans faire abstraction? Sauf que nous avons oublié que quelque chose que l'on ne voit pas est bien plus angoissant.
Le temps et la mort désignent finalement la même chose et cela conditionne notre existence.

Screenshot_20180609-172320

Finalement aujourd'hui, on ne courre plus pour franchir la ligne d'arrivée mais pour fuir.
D'ailleurs, même si le propre d'une civilisation est de se corriger, nous sommes pessimistes et pensons plus la fin de ce monde qu'à voir et imaginer le monde autrement.

Mais haut les coeurs, même si la mort viendra, c'est certain, vous pouvez encore agir.
Les 20 prochaines années vont être cruciales pour la planète mais aussi pour la société.
Agissons!
Ne soyons pas mettre du temps mais de ce que nous faisons de nos vies!
L'imagination humaine à surmonter tellement de problème, nous en sommes capable.
Vivons!

Cessons la confusion entre acheter et consommer, l'achat n'a de valeur émotionnelle qu'à travers l'idée de le consommer plus tard or nous n'avons pas le temps.

Screenshot_20180609-173721

Si le moins était plus?
Si le minimalisme et la simplicité volontaire était une porte menant à nous même?
Moins de possession, moins d'envie, moins de besoin d'argent, plus de temps, plus de bonheur. N'est ce pas un cercle vertueux?

Et si la sobriété heureuse était une solution?

Une chose est sur, tout le monde se plaint mais personne ne fait rien, à la manière du colibri, chaque geste compte!

J'ai décidé de m'écouter, de me retrouver et d'aller là où les choses sont vraiment importantes pour moi. De retrouver le rythme de la nature qui me reconnecte à moi même. Ça peut passer par de grand changement mais aussi par de toutes petites choses, éteindre les écrans, prendre le temps d'écouter la musique, de lire, jardiner, se balader en famille, réapprendre l'importance de la respiration, faire les chose lentement .. Le triporteur à Bordeaux me permettait par exemple de vraiment me sentir en pleine conscience, de me sentir dans un tout, de me sentir rempli et de ne pas subir le temps mais de vivre avec lui en harmonie.

IMG_20180609_171525

J'ai décidé de me concentrer sur la beauté et de prendre le temps de vivre.
J'ai décidé d'avoir la foi.
J'ai décidé de ralentir pour entendre mon coeur battre.

IMG_20180609_172428_216

Nos enfants sont le futur, ils sont l'espoir, alors passons leur le témoin correctement, et apprenons leur à être et non pas avoir, apprenons leur à vivre!

Screenshot_20180609-172257

Posté par VetTDJ à 21:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


08 septembre 2017

Mémoire

 

Avoir  de la mémoire,

de mémoire d'homme,

devoir de mémoire,

avoir une mémoire d'éléphant,

si j'ai bonne mémoire,

un trou de mémoire,

avoir la mémoire courte

j'ai la mémoire qui flanche...

 

Mémoire:

Activité biologique et psychique qui permet d'emmagasiner, de conserver et de restituer des informations.
Nous naissons avec des capacités de  mémorisation qui nous sont propres, mais nous avons tous en commun plusieurs types de mémoire:
la mémoire de travail ( à court terme- 7 éléments), la mémoire à long terme (dite épisodique), la mémoire déclarative ( le langage),la mémoire sémantique ( connaissance de soi), le mémoire procédurale ( implicite et automatique), la mémoire perceptive ( les 5 sens) ... 
Malheureusement, nous ne sommes pas égo sur ce sujet, certains ont plus de facilité que d autres,
et bien que tout élève est déjà entendu 
" mais la mémoire ça se travaille ! " ou autres petites phrases assassines,
ce n'est pas si facile que ça !!! 
Il est très important de connaître son mode de mémorisation afin de pouvoir optimiser ses apprentissages.
Il y a  principalement la mémoire dite auditive et la mémoire dite visuel

Résultat de recherche d'images pour "mémoire kinesthésique"

mais là aussi ce n'est pas tout, et qui plus est on peut mélanger plusieurs type de mémoire.

 

Les différents suivis des loupiots m'ont permis de connaître de manière plus précise quelle était la mémoire de mes enfants et comment les aider à l'utiliser.

Je suis hyper égalitaire comme maman, ils sont tous Dys, mais ils sont quand même tous diffèrent !

 

 

Clo a une mémoire que l'on pourrait qualifier de super8).

Image associée

Une mémoire visuel, mais une mémoire d'action, Clo revoit son sujet comme un film, elle revit ou se créée l'action.

Il faut donc qu'elle  verbalise ce quelle revoit, quelle travaille de haut en bas ( visuel) et de droite à gauche ( auditif)

Elle doit travailler la gestion mental, c'est à dire lui permettre de repérer ses itinéraires mentaux et ses propres stratégies. Le dialogue pédagogique ( à 2 ou haute voix) et l'évocation/perception sont des éléments important de son apprentissage.

La mise en page ( joli, clair, stabiloter) est importante et fonctionne encore mieux si elle la réalise elle même ! 

Ses évocations sont toujours en majuscule.

 

Briel a une mémoire qui associe la mémoire visuel à entrée photographique et  la mémoire auditive  mais version autiste ;-)

enfant avec un appareil photo mémoire visuelle

Il a besoin de se verbaliser les détails, il faut associer le visuel à sa voix, et utiliser l'autisme a bonne escient: en effet les écholalies l'aide à mémoriser, il doit donc répéter la phrase de l'adulte ( intérieurement ou extérieurement les 2 fonctionnes). son décodage "d'humain" étant compliqué il faut passer le moins possible par le physique. Il a besoin de répétition.

Pour que sa photographie mentale ( image et schéma) soit encore plus efficace il faut diminuer les détails, et pour le moment il faut encore lui faire penser à se projeter ( quand te revois tu utiliser cette connaissance?) ça rend la connaissance plus accessible et moins ranger mais sans savoir ou dans son bureau intérieur.

Il faut rester sur une seul police, et rester sur l'écriture cursive

 

 

Cyr quant à lui a une mémoire que je ne connaissais pas, il a une mémoire visuel et kinesthésique, c'est a dire qu'il associe un visuel à un geste.

Résultat de recherche d'images pour "intelligence kinesthésique-corporelle"

Sa gestion mentale est plus compliquée à travailler, vu son âge et ses capacités ( pas d'écriture établie, pas de connexion visuel entre un graphisme et son évocation...)

Il a besoin de vivre son apprentissage, par le mime ( méthode Borel Maisonny), d'écrire dans l'air, 

d'evoquer des sensations physiques et de les vivre ( apprendre en bougeant),

d'experimenter et d'exemple( et pas de schéma ou d'explication sinon il ne pausera pas son attention),

il a besoin d'imiter et de répétition, 

il a besoin d'avoir un sens,

il a besoin de faire lui même ,

d'apprendre en grand ( sur un tableau plutôt que sur une feuille)

 

 

Les points communs au trois dans leurs apprentissages:

Ils sont tous les 3 différents du cerveau type éduc nat.

Ils ont tous besoin que ce soit logique, de comprendre pour retenir.

Ils ont tous besoin de calme et de bienveillance.

Ils utilisent tous des moyens mnémotechniques maisons ou connus (comme "mais ou et donc ornicar") cela marche toujours.

Et donc visiblement ils ont tous les 3 une partie mémoire visuelle.

 

 

 

Ressource & trucs et astuces:

 

De temps en temps cela marche sur tous comme Borel Maissony Résultat de recherche d'images pour "borel maisonny gestes images" et c'est une évidence,

mais de temps en temps  il faut chercher comme les alphas Résultat de recherche d'images pour "les alphas"échec sur Briel mais réussite sur Cyr,

ou les multimalins réussite sur Briel mais échec sur Clo

Apprendre les tables de multiplication avec multimalin (7x8)

 

Il y a des fiches mnémotechniquesRésultat de recherche d'images pour "99 dessins pour ne plus faire de fautes"déjà faite  comme

99 dessins pour ne plus faire de fautes - Sandrine Campese (bande-annonce 1)

 mais il faut souvent que le moyen vienne d'eux même.

Les garçons n'ont su leurs lettres qu'après avoir réaliser leur propre abécédaire avec leur propre dessin et écriture.

Le modelage marche mieux sur eux que le dessin dans la semoule.

 

La temporalité est une faiblesse commune ici, il faut toujours que je replace les évènements nous utilisons donc beaucoup de frise  horizontal

(le vertical les perturbe).

frise moyen-age

Les schémas, tableaux et les leçons sont appris dans le sens des aiguilles d'une montre, ça marche mieux Louis XV - Mon Quotidien, le seul site d'information quotidienne pour les 10-14 ans !.

Et moins ils ont de texte plus ils sont lisible ;-) Résultat de recherche d'images pour "tableau double entrée cm2"

Clo utilise aussi la tablette: lecture livre dans la main en même temps que la lecture audio sur youtube ( elle a fait par exemple le bon gros geant et est entrain de lire harry potter) et elle peut aussi grossir aussi d'un geste de la main ses magasines comme actuailes ( que je préfère au petit quotidien)! 

 

Après le succès des carnets de voyage qui les aide à fixer un souvenir, je suis entrain de me pencher sur le mindmapping et les lapbooks, je vous en reparlerais peut être.

 

Et enfin, après les conseils d'un professionnel, les enfants ayant un cerveau cognitif diffèrent de la norme, il faut que je leur explique comment ils fonctionnent!

c'est pas sorcier 1, 2,

 

 

Et chez vous, quelles sont les trucs et astuces pour la mémoire, le travail, l'apprentissage? 

Posté par VetTDJ à 17:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 avril 2017

Le pouvoir d'une herbe

IMG_20170426_214238_605

Une herbe a beaucoup de pouvoir, elle peut vous faire voyager, vous transporter à travers le temps et l'espace. Tous les sens permettent alors à votre esprit de faire de fabuleux voyages.

Parfois cette ballade est imaginaire comme mon bouquet hebdomadaire de coriandre qui me transporte dans une Asie que je m'invente.Parfois, c'est le parfum du thym qui me fait revivre le maquis Corse de mon enfance, je l'imagine alors mêlé à l'immortelle et à l'odeur des plantes grasses, ces odeurs qui nous explosaient au nez dés les premiers virages à la sortie de Bastia.Parfois encore, la simple vue de tiges de fenouil le long des routes me fait sentir les poissons péchés par papa et cuisinés par maman dans le four à pain provençal, celui qui aurait du être démoli car il dénature le puits mais qui a trouvé grâce aux papilles de toutes la famille! Mais parfois, c'est une herbe toute simple, terriblement commune, qui presque par enchantement vous transporte par son goût et son odeur loin dans des souvenirs que vous ne pensiez pas avoir garder.

 

Je suis dans la cuisine, avenue du Château, je ne suis pas bien vielle, mais j'ai eu le droit de passer 3 jours seule chez eux.

...

Ils nous faisaient courir Paris, arpenter le Louvre, baver d'envie à la Samaritaine, rigoler devant Guignole au jardin du Luxembourg ou encore se sentir majestueuse en déjeunant au Georges de Beaubourg.Ils avaient compris que dans une fratrie, il est important de se sentir unique; alors ils nous prenaient, tour à tour, pour des vacances de petits parisiens.Ils aimaient aussi partager le quotidien avec nous, la gymnastique matinal à 8h30, la "fantaisie-impromptu" ou la "nocturne" de Chopin au café, et les heures en cuisine.

...

Je suis dans la cuisine, avenue du Château, France musique grésille sur son transistor, elle sifflote comme elle le fait toujours, même si "ce n'est pas très élégant pour une fille". En dessert, elle nous a fait sa fameuse tarte au fraise, je tourne la salade dans son essoreuse en plastique rouge, elle a fait cette sauce avec la mayonnaise que j'aime tant.  Sur la table en formica son bouquet de persil, que dis-je SES bouquets de persil: le frisé pour les pommes de terre sautées et le plat pour ma batavia à la mayonnaise.L'odeur est là, ancrée pour toujours dans mes narines, ce toucher légèrement râpeux, et ce goût.... si puissant et pourtant si commun!

 

J'ai 32ans, je suis dans ma cuisine et je viens de porter à ma bouche une feuille de persil plat pour la première fois depuis très longtemps   .

Chopin, Fantaisie Impromptu

 

Grand-Maman, je sais que nous ne sommes plus là pour toi, mais je mesure chaque jour un peu plus comme vous l'étes en moi.

***

Posté par VetTDJ à 22:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

23 mars 2017

baby boost

Baby blues:

ou dépression ou anxieté postpartum. 

Épisode dépressif généralement de courte durée survenant parfois chez la mère après l'accouchement.

 

donc en toute logique

 

Baby boost:

ou euphorie postpartum.

Épisode de joie intense survenant parfois chez la mère après l'accouchement.

 

Ce terme n'existe pas, mais il faudrait l'inventer!

 

De 2007 à 2013, j'ai vécu dans l'euphorie de mes bébés,dans un cocoon de bonheur à 3, à 4 et enfin à 5. 

Je ne me souviens d'ailleurs que du meilleur ;-)

Oui il y a eu de la fatigue, d'autant que j'ai vécu 3 ans seul la semaine avec eux, il y a du avoir des angoisses et des déprimes, mais vraiment furtive.

Je ne me souviens que du bonheur de les accueillir, de les choyer, de les sentir, de les voir s'epanouir et découvrir le monde, de les voir se découvrir.

J'aime les avoir avec moi, les entendre, les observer.

J'aime les aider à grandir,à se modeler, à réfléchir.

J'aime notre microcosme. 

Il y a peut être un coté "control freak", vouloir tout savoir, être la seul à maîtriser, être la seul capable.

Oui cela vient peut être d'une névrose personnelle, mais qui n'en a pas et quand je me retourne en arrière, que j'ai aimé cette vie!

Je débordais d'energie, tout était limpide pour moi, un confiance et un oxygène naturel et  vital. Et cela n'a rien d hormonal puisque j'ai des grossesses compliqué et qu'il n'ya pas eu d'allaitement. 

Depuis c'est plus compliqué, il y a autrui qui s'est immiscé dans notre symbiose,

il y a aussi leur liberté que je m'efforce de respecter ( ce qui n'est pas évident pour moi).

Il y a le manque de temps, petit nous prenions vraiment le temps de vivre, maintenant il y a la vie social et scolaire.

 De temps en temps, j'ai l'impression de manquer d'air, d'angoisser, comme ci nous étions sortis il y a peu d'une bulle hors du temps, une bulle qui nous a fait grandir. En espérant que cette bulle nous a rendu fort !

 Bref la vie est redevenu la vie

avec c'est haut et c'est bas,

mais quand c'est un jour noir, je me replonge dans mes souvenir de baby Boost,

et ça me re booste !

17373119_1861533727465992_45957319_o

lillilotte, vêtements  Bio Chic Bon Genre (article non sponsorisé )

 

 

Et vous? plutot baby blues, baby boost, ou un autre concept?

 

 

 

Posté par VetTDJ à 14:50 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

20 décembre 2016

Les chaussettes de l'archiduchesse sont elles sèches, archi-sèches? ou chronique sur le harcèlement scolaire.

La fabuleuse histoire des chaussettes de l'archiduchesse

Archiduchesse

Orianne Lallemand Elodie Coudray

Gautier-Languereau

L’Archiduchesse est une personne délicieuse. Très aimée par son Archiduc de mari, elle est aussi très frileuse. Alors, lorsqu’un marchand ambulant, passant devant son château rempli de courants d’air, lui promet de ne plus jamais avoir froid aux pieds, elle est toute ouïe … Elle lui achètera toute sa cargaison de chaussettes. Désormais, dans son village, les gens se moquent gentiment d’elle et de sa passion pour ces mystérieux accessoires très colorés qui marchent toujours par paires. Mais un jour voilà, ses chaussettes se mettent à disparaître. Des paires dépareillées ? Il n’en n’est pas question ! L’Archiduchesse veut comprendre ce qu’il se passe. De plus, ces disparitions coïncident avec celles de nombreux enfants du village. La sorcière Grise, pire ennemie de l’Archiduchesse ne serait-elle pas derrière tout ça ?

IMG_20161220_220300

" Mais l'archiduchesse s'en moquait, et chaque matin on entendait sa dame de compagnie crier par la fenêtre:

"les chaussettes de l'archiduchesse sont-elles sèches ou archi-sèches?"

Et chaque matin la lavandiere répondait: " archi-sèches, assemblées, parfumées et prêtes à être enfilées."

On apportat alors le panier de chaussettes à l'archiduchesse, qui choisissait une paire pour la journée. "

***

IMG_7840 IMG_7861

IMG_7940 IMG_8195

IMG_8197 IMG_20161005_085646

IMG_20161003_125738

Clo a 9 ans, Clo est en Cm1, Clo adore se créer ses looks

Bon j'avoue les 1er grandes chaussettes étaient mon idée, mais ca fait un bout de temps qu'elle choisit, que dis je concocte elle-même ses tenues, avec délectation même, elle imagine, se trouve, s'affirme . Et sur ce point je suis assez fiere d'elle.

Clo est viscéralement catholique,  Clo est profondément tolérante, Clo a horreur de l'injustice,

passé la surprise et les questions, Clo a assez bien accepté le fait d'aller dans une école différente de nos choix habituels, les arguments :

c'est en face, c'est pratique et ce sera plus simple pour ton frère ont fait mouche.

Elle était même très enjouée la 1er semaine, petite école familiale de quartier, elle était conquise.

Puis, un par un, sont tombés les couperets:

Ton frère, tes habits, tes chaussettes, tes chaussures, ton accent parisien, t'es moche, t'es bizarre, tu n'as pas la télé, tu n'as pas ton téléphone, tu n'as pas d'amoureux, tu veux toujours faire tes devoirs, tu es Dys, tu veux être la chouchoute, nous on se connaît depuis la maternelle, alors tu ne joues pas avec nous .....

Et avec ceux ci leurs lots de dents qui se serrent, de sourires qui s'effacent, de larmes qui coulent, de plus en plus souvent, de larmes qui ne s'arrêtent plus.

L'incompréhenssion, la colère, le doute, la peur, l'angoisse

....

Oui sans aller plus en détail, voici notre vie depuis cette rentrée.

J'ai d'abord dit à ma fille de se ressaisir, elle est tellement sensible, c'est presque de la sensiblerie; et puis un jour, une pluie de GLAND c'est abattue sur mes enfants, forcément à un moment où les regards des adultes étaient loin, et ce jour là, en colère, je suis allée demander des comptes:

sous la colère, j'etais scandalisé, qu'est est ce que ce racisme anti-bourge? Que cette stigmatisation du non-tendance?

Faire fuir le plus loin possible le spectre de la phobie scolaire; des rendez-vous, la direction, l'APE, avec ou sans monsieur pour montrer que nous faisons front à deux ...

Les larmes quand j'ai vu une à une les autres écoles nous refuser l'asile pour ma tendre princesse, la colère contre moi d'avoir fait ses choix, la culpabilité de ne pas oser les déscolariser pour un milliard de raison.

Et puis au fur et à mesure de nos rendez vous, la colère se dissipe et fait place à la tristesse et au dépit.

Pauvres enfants qui  sont des clones de la sociétés de consommation.

Pauvres enfants qui ne sont plus éduquer à la différence.

Pauvres éducateurs qui pensent que la vulgarité est inévitable.

Pauvres professeurs qui pensent que le monde est ainsi fait à cette génération.

Pauvre monde qui se meurt et s'empoissonne lui même à petit feu.

Pauvre enfants qui vivent le harcèlement scolaire dans le plus grand des dénis,

car oui il faut appeler un chat un chat:

 

harcèlement:

attaque ou sollicitations continues dans le but d'epuiser ou de tourmenter la victime.

 

Pourquoi je vous raconte cela aujourd'hui, à cause de cette robe,

IMG_20161215_212244

elle l'a attendu pendant 6 mois, que je retouche enfin à mes machines.

Et quand au moment de l'ôter après les photos, son petit visage s'est fermé,

et que j'ai entendu: " je ne crois pas que je supporterais encore leurs moqueries",

je me suis dit qu'il fallait briser la loi du silence.

Oui, il y a bien pire dans la vie...

Mais surtout ne laissez jamais s'eteindre la petite flamme dans les yeux de vos enfants!

IMG_20161220_220739

" De ce jour, plus personne ne se moqua de l'archiduchesse et sa folie des chaussettes. La vie reprit son cours, et chaque matin, on put de nouveau entendre crier au château:

"les chaussettes de l'archiduchesse sont-elles sèches ou archi-sèches?" " archi-sèches, assemblées, parfumées et prêtes à être enfilées."

FIN 

***

IMG_20160926_141250

 

 

 

Posté par VetTDJ à 20:48 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,


13 octobre 2016

les petites cuilleres de Briel

Comme je vous le disais, je n'ai jamais réussi à trouver de livre qui explique notre quotidien.

Les handicaps legers et invisibles à l'oeil nu sont discrets.

Ils ont l'enorme avantage de ne pas se voir !

Ils ont l'enorme inconveniant de ne pas se voir !

C'est tres compliqué pour le monde exterieur de se rendre compte de la realité de la vie de Briel, de se rendre compte de l'influence que cela à sur la famille. Il fait des efforts fous, il fait des progres impressionnant et inesperés.

Mais

"on ne guerit pas de l'autisme on apprend à vivre avec "

Hugo Horiot

 

Bref, comment faire comprendre au monde, à notre petit monde, et à lui meme ce qui se passe ...

 

J'ai la chance d'avoir une maman qui en plus d'être très concerné par le bien être et l'education de ses petit-enfants et qui de plus a une magnifique plume.

J'ai donc passé commande!

Merci Manou de toujours chercher à surpasser et à rendre plus merveilleuve cette enfance extra-ordinaire !

 

*****

 

Avant-propos

 

Grace à la persévérance de sa maman, Briel a été diagnostiqué autiste de haut niveau il y a deux ans. Il en a 8 maintenant. C’était important et positif.

 Non pour enfermer Briel dans sa petite case d’autisme, mais justement pour lui permettre de s’y épanouir et ainsi rejoindre dans les meilleurs conditions notre case à nous, celle des neurotypiques (Et oui, c’est ainsi que nous sommes appelés. Juste retour des choses, nous avons aussi notre case, il n’y a pas de raison !)

Maintenant qu’il sait et que nous savons, ce sera plus facile pour lui de se comprendre et de s’accepter, plus facile pour nous d’essayer de le comprendre et de l’accepter tel qu’il est.

Même si il est vrai que nous ne pourrons jamais nous mettre à sa place, il est impératif de tenter de concevoir ce qu’il vit pour essayer de l’aider le mieux possible et répondre à ses besoins spécifiques.

Parmi les symptômes reconnus de l’autisme, la fatigabilité face à un environnement pour eux étranger et mystérieux est un gros handicap.

Imaginez-vous débarquant sur une autre planète avec des habitants dont vous ignorez la langue, les us et les coutumes. L’adaptation loin d’être simple demandera beaucoup de travail et d’énergie. Sans doute cela n’est-il pas à la portée de tous.

Pour quantifier cette énergie qui nous est nécessaire pour vivre au jour le jour et aussi tenter de décrire son difficile quotidien du a une maladie handicapante, Christine Miserendino a établi une unité de mesure ludique et facile à comprendre : la petite cuillère.

 Pepette, autiste asperger s’en est faite le relais sur internet.

C’est ainsi que la maman de Briel s’en est emparée un soir pour essayer d’expliquer à ses enfants pourquoi on peut être si diffèrent devant un même évènement et pourquoi leur frère semble bénéficier d’un régime spécial par rapport à eux. Ce que bien naturellement ils trouvent injuste.

La clarté de cette explication simple leur a beaucoup plu.

 Briel lui, tellement content qu’on puisse faire comprendre aux autres ses problèmes m’a aussitôt téléphoné pour m’en parler.

En fait il aimerait apporter en classe des petites cuillères pour faire découvrir à tous les élèves qui il est. Il veut qu’on sache !

Cela m’a donné envie de développer cette nouvelle unité de mesure rigolote.

 

 

Le cuillères de Briel

 

 

  Briel est un petit garçon de 8 ans.

briel

 Si vous le croisez dans la rue vous ne vous rendrez compte de rien.

 Son apparence et son développement sont normaux.

 Il est capable de bouger et de parler comme les autres.

Il est capable de vivre (momentanément) comme les autres.

Pourtant, pour lui tout est plus compliqué parce qu’il est autiste.

Mais que signifie autiste lorsqu’il n’y a aucun signe distinctif ? ?

Pour l’expliquer à sa grande sœur Clo et à son petit frère Cyr, maman a réuni sur la table toutes les cuillères de la maison. Que va-t-elle en faire?

 

Chacun le sait, pour se développer le monde a besoin d’énergie.

Energie pour se déplacer à pied, en voitures, en trains, en avions, en bateaux, …

avion  voit  bateau       

 

Energie pour se chauffer, réfrigérer, cuire, laver, congeler, éclairer, …

Energie pour la télé, l’ordi, le téléphone portable, l’électroménager, …

                              electro                    

Energie pour ci, énergie pour ça, partout et tout le temps nous en consommons.

 

 

Charbon, essence, fuel gaz, électricité, nucléaire, énergie solaire, éoliennes  energie

                           et bien d’autres encore.

                                                         

 

Nous avons-nous aussi besoin d’énergie pour nous déplacer, nous nourrir, travailler, communiquer, nous distraire, découvrir, grandir, apprendre, construire, produire, etc.

Concrètement il nous faut manger pour alimenter un corps qui est constamment sollicité physiquement, intellectuellement, émotionnellement…,  et consomme  lui aussi beaucoup d’énergie.

 carot  pdt  tom 

Les premières questions qui viennent à l’esprit sont donc:

  • De combien d’énergie  avons- nous besoin par jour ?
  • Quelle est cette énergie ?
  • En possédons-nous tous la même quantité ?

Personne ne possède tout à fait la même énergie que son voisin. Comme il y a des gens grand ou petit, blond ou brun, il y a des gens qui ont plus ou moins d’énergie. Mais si on arrive à vivre de façon à peu près semblable qu’on soit grand ou petit, blond ou brun, on vit très différemment si on est plein d’énergie ou si on est toujours fatigué.

Alors comment savoir combien d’énergie nous avons et combien nous en consommons ? Comment savoir si nous en avons assez ? Peut-on refaire le plein ?

 

On se sert du mètre pour mesurer une distance ou du gramme pour mesurer un poids. De quoi pourrait-on se servir pour mesurer notre énergie à nous ? 

                 Les cuillères,  une unité de mesure :

 unité mesure

 

                        

1  est la louche. 1 louche = 2 cuillères à soupe.

2 est la cuillère à soupe. 1 cuillère à soupe = 2 cuillères à café

3  est une cuillère à café ou petite cuillère qui nous servira en unité de base.

 

 

Petit problème : (pour les doués en math)

-       Combien de cuillères à café faut-il pour remplir 3 louches ? 

   

Maintenant que nous avons établi notre unité de mesure, nous allons essayer de

déterminer « mathématiquement » notre consommation de cuillères au cours d’une journée ordinaire en répondant honnêtement à un petit questionnaire.

 

 

Pour cela nous avons donc interrogé Briel évidemment, sa sœur Clo 10 ans et son frère Cyr 5 ans.

Frères et sœur, ils partagent  la même vie dans la même famille et le même environnement. Leurs âges étant différents, ils ne sont pas dans la même classe mais ils sont dans la même école.

 

Nous allons voir que leurs réponses vont pourtant être différentes.

Faites votre propre questionnaire, il sera lui aussi diffèrent.

C’est normal, chaque réponse est unique parce que chaque individu est unique.

trio

Dans ce cas, à quoi sert-il et que peut-on en conclure ?

tableau copie

Il nous sert à constater qu’au-delà des différences il y a une chose frappante qu’on ne peut éviter de remarquer tout de suite : c’est la surconsommation de Briel en cuillères par rapport à son frère et sa sœur. L’écart est énorme !

              courbe3

 

Cyr totalise 15   cuillères à café = 3 louches+1 cuillère à soupe+1 cuillère à café.

Clo totalise 6,5  cuilléres à café = 1 louche +1 cuillère à soupe+1/2 cuillère à café.

Briel totalise 55.5 cuillères à café= 13 louches+1 cuillère à soupe+ 1.5 cuillère à café 

Briel a donc consommé 4 fois plus de cuillères que son petit frère et 10 fois plus que sa grande sœur.

         

courbe1 copie

        

Pourquoi  ce résultat ?

Il est temps de nous pencher sur la consommation des cuillères.

-       Quand et comment consommons-nous nos cuillères ?

-       Quand et comment renouvelons-nous notre stock de cuillères ?

1.  Quand et comment consommons-nous des cuillères ?

Pour tout ce qui demande un effort et de l’énergie par exemple :

  • Un effort physique.
  • Un effort sensoriel c’est-à-dire qui touche à nos 5 sens, l’ouïe, la vue, le toucher, l’odorat et le goût.
  • Une anxiété, une angoisse ou un stress.
  • Un effort émotionnel devant quelque chose ou quelqu’un que l’on n’aime pas ou tout effort pour faire face à un évènement qui nous perturbe.

 consomation

2.  Quand et comment renouvelons-nous notre stock de cuillère ?

Par tout ce qui nous rend heureux, qui est plaisant et nous donne de l’énergie.

  • D’abord le repos voir le sommeil lorsqu’on est fatigué.
  • Une rencontre agréable.
  • La réalisation d’un projet.
  • Faire une activité qui nous plait.
  • Un lieu, une personne ou une chose qui nous rassure comme le doudou d’un bébé.

 plein

On pourrait bien évidemment rajouter d’autres réponses à ces deux rubriques. 

Mais nous allons déjà essayer d’expliquer celles-là travers une petite tranche de vie qu’on pourrait intituler : Briel va faire des courses.

 

    Briel va faire des courses. 

-       Mettez vos manteaux, lance maman à la cantonade, on va faire des courses !

caddi 2

Clo et Cyr arrivent rapidement, les courses c’est une distraction toujours sympa.

Et hop, une cuillère à café de glaner pour chacun rien qu’à cette idée !

Briel suit en trainant les pieds et en râlant. Il n’en a pas envie, il déteste ça.

Les courses ça lui coûte toujours plein de cuillères. D’ailleurs là, rien que d’y penser il vient de se délester de 3 cuillères à café d’un seul coup !

pas envie

Il ne veut pas y aller, il veut rester là.  

Mais non, maman qui sait bien qu’on va consommer les louches de Briel est pourtant formelle, à 8 ans et dans son cas, on ne reste pas tout seul à la maison lorsque l’absence peut durer.

Il y a des consommations de cuillère facultatives et d’autres obligatoires, c’est comme cela. C’est la vie et on ne peut faire autrement.

L’école source d’une  surconsommation de cuillères fait elle aussi partie des choses obligatoires. On ne peut rien y changer.

 Briel doit donc participer aux course, en plus il faut lui racheter un pantalon. Ce matin en tombant dans la cour il a troué le sien. Comme beaucoup d’autistes, il est souvent maladroit.

Avant de partir, il met ses bouchons d’oreille car, encore une fois, comme beaucoup d’autres autistes, il a une hyper sensibilité des sens. Il est hyperacousique c’est-à-dire qu’il entend tout beaucoup plus fort que nous ; beaucoup trop fort en fait et même des bruits que nous n’entendons pas. C’est très fatigant et à cause de ça, il puise sans arrêt sur ses réserves de cuillères sans avoir encore rien fait.

Les bouchons d’oreille de Briel ne lui servent pas à vivre dans le silence.

 Ils atténuent seulement les bruits pour que ce soit plus supportable.

oreil

Avec ses bouchons, Briel entend tout et les magasins restent bruyants. 2 cuillères en moins.

Clo a reconnu la musique des haut-parleurs, elle aime bien cette air là et se met à chantonner pour l’accompagner. 1 cuillère de plus pour elle.

Dans la grande surface, Briel est aussi agressé par la  lumière. Encore 1 cuillère en mois

Et puis c’est plein de gens partout et c’est stressant. Il faut faire sans cesse attention pour les éviter.

                                Un effleurement pour lui est comme une  bousculade pour nous. C’est effrayant ! Au moins 4 cuillères en moins.comment                                              

 foret copie  

 Et badaboum voilà des louches entières qui le quittent rien que parce qu’il se trouve dans un lieu qui l’incommode, qu’il n’aime pas et où il se sent en danger.

Les courses n’ont même pas encore commencées qu’il n’a pratiquement plus rien en poche. Il faut dire qu’il en a déjà consommé plein durant sa journée d’école.

Clo, vient de rencontrer une copine de classe, elles ont discuté un peu, elle est toute contente. Et hop une cuillère en supplément !

Cyr a enfin décidé maman à acheter le bon dessert qu’il convoitait pour ce soir.

Cela vaut bien une cuillère  supplémentaire pour lui.

Tout à coup Briel sent qu’on lui touche le bras. Il s’angoisse immédiatement parce qu’il n’aime pas qu’on le touche n’importe comment et il aime encore moins les surprises. Les 4 dernières cuillères qui lui restaient s’envolent en même temps.

2 cu 2 cu 

 C’est un élève de sa classe qui tout content de l’avoir reconnu lui demande en souriant comment il va. Briel le connait. Il est plutôt gentil mais Briel n’a plus une seule petite cuillère à dépenser et tout contact quel qu’il soit lui demande un effort.

Alors il choisit l’évitement, baisse les yeux, fait comme s’il ne le voyait pas et se referme sur lui-même. Il ne répondra pas à son copain qui trouvera que Briel est un garçon très étrange.

Pour nous, une rencontre si elle est agréable peut nous faire gagner des cuillères, comme Clo tout à l’heure.

Pour un autiste, tout contact avec un semblable, même agréable, est un effort qui coûte des cuillères et Briel n’en a plus une seule. Totalement démuni, Il ne pouvait faire autrement. C’était au-dessus de ses forces.

On arrive enfin au rayon des pantalons. Maman voudrait bien que Briel essaie celui qu’elle a choisi exprès pour lui afin qu’il ne gratte pas puisqu’il a la peau si sensible.

Mais c’est fini, les cuillères sont toutes épuisées depuis un moment alors il prend pour prétexte n’importe quoi, la couleur qui n’est pas bonne par exemple et commence à pleurer.

Ca y est, voilà la crise. Briel hurle qu’il en a « Marre ! Marre ! Marre ! », tandis qu’il agite frénétiquement les bras comme si c’était des ailes et qu’il voulait s’envoler ailleurs, très loin de là.

Il se rigidifie et devient dur comme du bois. C’est difficile de le contrôler parce qu’il est fort et grand maintenant.

                marre2   

 Dans l’affolement il donne un coup de coude à Cyr qui perd 3 cuillères parce que ça lui a fait mal et en plus il ne pourra même pas se défendre.

Maman abandonne le pantalon en vitesse, elle reviendra le chercher en utilisant ses propres cuillères pour préserver celles de son fils, ce n’est pas grave, question d’habitude.

On se précipite à la caisse sous les yeux réprobateurs de la caissière.

 C’est 2 cuillères en moins pour maman qui déteste ça.

 Avant c’était 3 cuillères mais bientôt ce sera 1 cuillère, on s’habitue à tout !

Clo y laisse 4 cuillères parce qu’elle n’aime pas qu’on voit son frère dans cet état.

 Cyr plus petit en perdra 2. Cette situation le gêne lui aussi.

Briel qui est encore trop jeune pour savoir se contrôler souffre doublement parce qu’il ne veut pas se donner en spectacle, mais il n’a même plus de cuillère à perdre. Il est bien au-delà de tout cela. Enfin, on arrive à la voiture. Briel pleure toujours.

Clo et Cyr boudent et commencent à se plaindre.

-       On attache sa ceinture et on se tait ! Je ne veux plus rien entendre !

      silence

Maman a hurlé tandis qu’elle rangeait les courses dans le coffre et que son stock de cuillères s’effondrait. Du coup tout le monde s’est tu, même Briel.

-       Ouf, ça fait du bien !

Le retour s’effectuera en silence et sans incident. Arrivé à la maison chacun va se ressourcer et se reposer un peu dans sa chambre récupérant quelques cuillères pour finir la soirée. Clo et Cyr ont le temps d’en retrouver 2 chacun.

 Briel caresse la peluche qui le rassure mais cela ne suffira pas à lui redonner des cuillères.

Cyr et Clo vont perdre chacun 1 cuillère supplémentaires lorsqu’ils apprendront que ce soir exceptionnellement ils mettront le couvert et ils le débarrasseront aussi.

-       Ce n’est pas juste ! diront-ils.

Oui, c’est vrai, ce n’est pas juste.

 Briel ne voulant pas toucher de vaisselle sale (autisme), maman a trouvé une solution

 pour que justement il n’y ait pas d’injustice.

 C’est Briel qui met le couvert  propre et les autres débarrassent et mettent

 dans la machine la vaisselle sale.

 D’habitude cela fonctionne bien et chacun accomplit volontiers sa tâche, mais ce soir…

Ce soir Briel n’a plus aucune énergie et ce n’est pas pour faire enrager ses frère et sœur.

 C’est vrai. Plus une seule cuillère en stock. Il n’est plus capable de rien faire.poche

Tout à l’heure ils vont tous aller se coucher.

Clo et Cyr vont s’endormir très vite et après une bonne nuit de sommeil,

 ils seront à nouveau tout frais et plein de cuillères pour affronter la journée de demain.

Briel malgré son épuisement mettra du temps pour s’assoupir. Comme beaucoup d’autistes il a des problèmes d’endormissement. Il lui faudra bien quelques jours de tranquillité pour reconstruire son stock de cuillères. Mais demain, il devra quand même retourner en classe. Ce sera une dure journée !

Auparavant il aura fait des gros câlins à sa maman qui d’un seul coup va retrouver une grande partie des cuillères perdues dans cette histoire de courses.

 

 

Voilà ! Vous avez tous compris je pense que Briel rentre toujours dans les cas du n°1, là où on perd des cuillères et pratiquement jamais dans le cas n°2 ou il pourrait en gagner. En plus il lui en faudrait 100 fois plus qu’aux autres ce qui n’est pas possible.

Sa vie est compliquée.

Faisons les comptes :

                 

courbe2

Dans l’histoire des courses, Clo n’a rien gagné, rien perdu. Son résultat est à 0

Cyr a perdu 3 cuillères lors de la crise de son frère. Son résultat est

 - (1 cuillère à soupe + 1 à café). Il va très vite les retrouver en dormant bien.

Briel a dépensé 13 cuillères (soit 3 louches et 1 cuillère à café) + 1 grosse crise.

Forcement la lutte est inégale et Briel passe son temps à se battre contre les cuillères qui s’échappent trop vite. C’est un courageux petit bonhomme qui mérite qu’on l’aide dans la mesure de nos moyens.     

papillon

                

Nous cherchons tous à avoir une vie riche et pleine.

Pour un autiste, plus elle est riche et pleine et plus elle l’appauvrit en cuillère.

Il n’y a pas de danger mais il faut le savoir et en tenir compte aussi bien lui que nous.

C’est un handicap.

 Il doit apprendre à gérer ses cuillères. Cela viendra avec le temps.

 

             

  Briel est un petit garçon de 8 ans. Un petit garçon comme les autres.

 Si vous le croisait dans la rue vous ne vous rendrez compte de rien sinon

qu’il a des beaux yeux bleus.

 briel

 Son apparence et son développement sont normaux.

 Il est capable de bouger et de parler comme les autres.

Il n’est ni plus intelligent (plus réceptif de temps en temps), ni plus bête (plus maladroit, plus fatigué) que les autres.

Il y a des gens et des choses qu’il aime ou qu’il déteste, comme les autres (même s’il l’exprime différemment).

Il n’est ni plus ni moins capricieux que les autres (mais à son âge la tâche de sa maman et très compliqué lorsqu’elle doit démêler le caprice de l’autisme).

 Il est de capable de vivre (momentanément) comme les autres.

 Pourtant, pour lui tout est plus difficile car Briel est autiste et il lui manque toujours des  cuillères lorsqu’il veut dresser la table de sa vie.

 

Vous ne demanderiez pas à un boiteux de faire la course avec vous n’est-ce pas ?

Vous ne demanderiez pas non plus à un aveugle de vous lire une histoire ?

Alors s’il vous plait, ne demandez pas à Briel ni aux autres autistes de dépenser ou donner des cuillères qu’ils n’ont pas.

Et comme ce n’est pas toujours facile de connaitre le stock de cuillères des personnes auxquelles on s’adresse, il voulait juste vous informer qu’il en consomme beaucoup et qu’il n’en a jamais assez. C’est tout.

 Juste pour que vous puissiez savoir, comprendre et éventuellement en tenir compte si un jour vous croisez sa route.

 

Si par exemple son copain rencontré par hasard au magasin pouvait comprendre que si Briel l’a évité ce soir-là, ce n’est ni parce qu’il ne l’aime pas,

                                                    ni parce qu’il est idiot ou bizarre,

                                                    ni parce qu’il est méchant.

Mais juste que ce soir-là Briel ne pouvait rien faire.

Mais juste que ce soir-là Briel était en panne de cuillère.

Mais juste parce qu’il est autiste.

Mais juste parce qu’il faut choisir le bon moment.

Alors… , sans rancune, une autre fois peut-être ?

Si son copain pouvait comprendre, ce serait vraiment très chouette !

Et savez-vous quel est l’animal en peluche qui calme le plus Briel ?

Une chouette bien  sûr !           

chouette

Fin.

 

 

    Avertissement.

 

Pour désamorcer d’emblais la polémique stérile qui veut qu’on ne peut parler correctement d’autisme  que si on l’est soit même, je répondrais ceci :

-       D’après ce que j’ai perçu, la nécessité première pour beaucoup d’autistes est de vulgariser et d’expliquer leur handicap afin qu’on les comprenne. Ce n’est pas en restant en cercle fermé qu’on peut prétendre atteindre cet objectif.

-       Cela reviendrait à dire qu’un médecin ne peut soigner une maladie qu’il n’a pas eu lui-même car il est incapable de bien la ressentir.

-       Tous les actuels diagnostiqués autiste le sont parce qu’un jour à la base quelques médecins, pas forcément tous autistes, ont essayé de comprendre, de mettre des mots et de poser un diagnostic fruit d’observations et d’échanges avec leurs patients.

-       Et pour finir, que cet opuscule est une façon ludique d’essayer d’aider mon petit-fils. Il n’a aucune autre prétention médicale ou scientifique.

 

J’ajoute en outre que j’ai connu au cours de ma vie  deux opérations des oreilles qui m’ont momentanément mis dans la situation d’hyperacousie et me permet d’en parler en connaissance de cause.

De plus, victime d’une maladie auto-immune qui m’a privé momentanément d’une large partie de mes muscles, je suis tout à fait bien placée pour savoir ce qu’est le manque d’énergie et la gestion difficile de ses petites cuillères afin de mener à bien sa journée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par VetTDJ à 15:54 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 octobre 2016

Meringue

IMG_20161012_152528

Immanquablement, quand vous arriviez au 23 bis avenue du château; il y avait une boite en métal posé sur le frigo.

Cette boite d'apparence quelconque renfermait un des plus gourmand souvenir de mon enfance.

Étais ce ses origines alsaciennes qui rendait indispensable à ses yeux la confection et la permanence de ce petit nuage sucrée à offrir dans sa maison?

Ou peut être un excès de gourmandise, mais un excès a partager?

Ou tout simplement une grand-mère gâteau qui savait lire sur nos lèvres le petit rictus de satisfaction extrême lorsque l'on croquait avec délectation dans ce petit dôme?

Blanche, ronde mais irrégulière, croquante à l'extérieur, et par une magie inconnue fondante une fois au contact de ma salive, je garde un souvenir Proustien de l'odeur discrètement vanillé et des miettes sucrées que je léchais d'abord à la commissure de mes lèvres, puis que je ramassais dans l'assiette à thé, en humidifiant mon index et en le posant délicatement sur chaque mini pépite sucrée que je n'avais pas encore savouré.

La croyant immortelle, cette grand mère meringue, je n'ai jamais pris la temps de lui demander sa recette.

Je ne l'ai pas retenu non plus, même si je me revois avec 2 petites cuillères faire des petits tas plus ou moins régulier sur une feuille de papier sulfurisé.

 

Aujourd'hui, plus totalement là, elle ne pourra jamais répondre à mes questions, on se rend compte bien souvent trop tard de l'importance de cette transmission gourmande.

Aujourd'hui où le seul plaisir de ma grand mère reste justement son bec sucré.

Aujourd'hui où il est trop tard pour lui demander.

Aujourd'hui grâce à tilleul blanc et ses fiches recettes (des petites pépites, ici on les aimes toutes), j'ai retrouvé ma meringue de Proust!

Plus coloré car ici nous sommes utilisons du sucre non raffiné,

moins jolie car il faut que je prenne le temps de retrouver son coup de main cuillère,

mais toujours aussi savoureuse !

 

IMG_20161012_150451

Noël 1985 au Champierre (Chabotte)

Posté par VetTDJ à 15:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

06 juin 2016

Avoir un petit vélo dans la tête.

J'ai un petit vélo qui tourne dans ma tête - Jean Beriac

Définition:

 Être un tout petit peu fou, zinzin, maboule, loufoque

Origine: On dit d’une personne qu’elle a un "petit vélo dans la tête" lorsqu’elle nous semble un peu folle, sans pour autant que l’on sache si elle est vraiment folle ou simplement originale. Cette expression, apparue dans le milieu des années 1960 seulement, semble être dérivée de "pédaler dans la choucroute", d’où la notion de "vélo".

 

IMG_20160606_153218 IMG_20160606_153249

ou encore 

Origine Expression française assez récente puisqu'elle remonte à la deuxième moitié du XXème siècle alors que la bicyclette appelé vélocipède dans le temps fut inventée à la fin du XIXème siècle. Cependant la ressemblance entre le vélo et la folie douce n'est pas vraiment spécifiée. Selon certaines explications, cetteexpression française fait référence aux rayons multiples qui ne cessent de tourner dans la roue comme la folie qui fait tourner les idées dans la tête.
Cette expression française s'utilise généralement d'une façon humoristique pour désigner une personne originale et amusante mais sans mauvaises intentions.

 

Bref

IMG_20160606_150623

 

tampon coquelicot 

Posté par VetTDJ à 15:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

03 mai 2016

Pâtarbéfro

IMG_20160502_195017

C'est l'histoire de pâtarbéfro:
C'est l'histoire de ce que l'on veut cacher.
C'est l'histoire de ce que l'on veut enjoliver.
C'est l'histoire d'une tradition familiale immuable. 
C'est l'histoire d'enfant que le mot "reste" fait fuir.


Comme maman le faisait dans mon jeune âge, il fallait nommé le plat pour lui offrir ses lettres de noblesse et enlever comme par enchantement tout dégoût sur nos frimousses: ce soir là, je m'en souviens encore, nous nous régalions d'un pâtarbéfro. Un banal gratin de reste devenu, par jeu de mot,un succulent plat de PATe épinARd BÉchamel FROmage. 
Ce soir, en maman aimante et rusée, j'ai anobli mon 1er plat.
Ce soir,mesdames et messieurs, j'ai l'immense honneur de vous présenter: Chamrisonnard. 
Ou comment faire disparaître des CHAMpignons, du RIz, du poisSON et des épiNARDs

avec le sourire,tout en distillant mes souvenirs !

Posté par VetTDJ à 05:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 avril 2016

Une histoire de goût.

IMG_20160412_192107

C'est une histoire qui revient souvent.

Une petite scenette que l'on joue de temps à autre dans notre théâtre de la vie quotidienne.

Des enfants qui lisent le menu, 

des "non je n'aime pas ceci, et moi cela" et autre beurk, c'est quoi?" "ça n'a pas l'air bon!"

Et puis, je force, pour goûter au moins, ne pas mourir idiot.

1er cuillère pas glorieux, 

2éme cuillère  un peu mieux,

3eme cuillère  délicieux!

C'est l'histoire d'un plat pour 6 qui a été avalé a 4.

C'est une histoires qui va des rires aux larmes ou plus exactement l'inverse.

C'est l'histoire de la salade lentille/mangue/mesclun/céleri branche et fromage frais de chèvre maison.

C'est l'histoire de l'éducation alimentaire

C'est une histoire de goût ;-)

Posté par VetTDJ à 19:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,