Cette année bordelaise m'aura fait mettre le doigts sur un sentiment qui grandissait en moi depuis quelque temps, sur une sensation d'essoufflement psychique,
une forte envie de connexion à la nature,
un décalage avec mon époque....

Screenshot_20180609-173251

Nous passons notre vie à courir après le temps, mais pourquoi?
Jusqu'où voulons nous aller plus vite et plus loin?
Quand comprendrons nous que le mieux est l'ennemi du bien?
Où passe le temps que nous gagnons avec tous les progrès technologiques?

Screenshot_20180609-172007

L'argent est devenu le maître du monde depuis bien longtemps, mais malgré la planète qui s'essouffle et l'humain qui déprime, nous ne changeons pas.
Pourquoi continue t'on à voir notre vie comme un Monopoly géant? C'est absurde!

 

L'homme a inventé la mesure du temps en observant la nature, mais depuis plus d'un siècle et demi, nous nous prenons pour Cronos, nous voulons maîtriser ce temps. Nous en sommes devenus les esclaves!
C'est quand même très paradoxal, nous avons le sentiment de manquer de temps depuis l'invention du temps libre ( progrès technologiques, invention des vacances et des loisirs ...).
Pourquoi?

Screenshot_20180609-172118
Est ce le manque de spiritualité ou les injonctions socials et marketing? Nous cherchons tous à "réussir" notre vie, à la combler, à la remplir avant la fin. Nous en faisons constamment le bilan, nous imposons à notre unique vie un rythme insoutenable en la saturant pour augmenter la qualité de ce dit bilan.
Il faut tout réussir, ne rien louper, gagner plus, posséder plus, produire plus, être rentable, être sûr informer, être un bon parent, un bon citoyen, être équilibré... et même quand vous choisissez l'alternatif, il faut être expert en yoga, manger sainement être 100% zéro déchet... chercher l'excellence partout, et ne jamais être satisfait.
Le but n'est jamais atteint et nous passons sans regarder le chemin et sans nous connaître.
Quand vous êtes débordés vous avez la sensation d'exister, de vivre.
Et c'est aussi une excellente excuses pour ne pas vous occuper des autres!
Le temps est donc devenu, tout comme l'argent, une addiction, une drogue qui rythme notre vie.

Screenshot_20180609-172340

L'accélération dans notre vie c'est comme les sensations fortes, ça libère une décharge d'adrénaline grisante et addictive.
Couplée à la surconnexion de notre génération, cette recherche de rentabilité de vie nous mène à l'épuisement.

Mais courir après le temps, n'être jamais satisfait n'est ce pas fuir une peur?
Quand tout va vite, finalement nous n'avons pas le temps de penser, nous ne retrouvons peu ou pas face à nous même et face à notre angoisse profonde, celle que cette société a cherché à cacher.
N'est ce pas le refus de l'idée de mort?
Ne pas nous confronter au destin, n'est ce pas essayer dans faire abstraction? Sauf que nous avons oublié que quelque chose que l'on ne voit pas est bien plus angoissant.
Le temps et la mort désignent finalement la même chose et cela conditionne notre existence.

Screenshot_20180609-172320

Finalement aujourd'hui, on ne courre plus pour franchir la ligne d'arrivée mais pour fuir.
D'ailleurs, même si le propre d'une civilisation est de se corriger, nous sommes pessimistes et pensons plus la fin de ce monde qu'à voir et imaginer le monde autrement.

Mais haut les coeurs, même si la mort viendra, c'est certain, vous pouvez encore agir.
Les 20 prochaines années vont être cruciales pour la planète mais aussi pour la société.
Agissons!
Ne soyons pas mettre du temps mais de ce que nous faisons de nos vies!
L'imagination humaine à surmonter tellement de problème, nous en sommes capable.
Vivons!

Cessons la confusion entre acheter et consommer, l'achat n'a de valeur émotionnelle qu'à travers l'idée de le consommer plus tard or nous n'avons pas le temps.

Screenshot_20180609-173721

Si le moins était plus?
Si le minimalisme et la simplicité volontaire était une porte menant à nous même?
Moins de possession, moins d'envie, moins de besoin d'argent, plus de temps, plus de bonheur. N'est ce pas un cercle vertueux?

Et si la sobriété heureuse était une solution?

Une chose est sur, tout le monde se plaint mais personne ne fait rien, à la manière du colibri, chaque geste compte!

J'ai décidé de m'écouter, de me retrouver et d'aller là où les choses sont vraiment importantes pour moi. De retrouver le rythme de la nature qui me reconnecte à moi même. Ça peut passer par de grand changement mais aussi par de toutes petites choses, éteindre les écrans, prendre le temps d'écouter la musique, de lire, jardiner, se balader en famille, réapprendre l'importance de la respiration, faire les chose lentement .. Le triporteur à Bordeaux me permettait par exemple de vraiment me sentir en pleine conscience, de me sentir dans un tout, de me sentir rempli et de ne pas subir le temps mais de vivre avec lui en harmonie.

IMG_20180609_171525

J'ai décidé de me concentrer sur la beauté et de prendre le temps de vivre.
J'ai décidé d'avoir la foi.
J'ai décidé de ralentir pour entendre mon coeur battre.

IMG_20180609_172428_216

Nos enfants sont le futur, ils sont l'espoir, alors passons leur le témoin correctement, et apprenons leur à être et non pas avoir, apprenons leur à vivre!

Screenshot_20180609-172257